Sécurité mobile et GDPR : 3 étages à sécuriser

Définir les profils d’usages

Qui a besoin d’accéder à quoi ? Avant toute considération technique, c’est la première question qui s’impose pour sécuriser des environnements mobiles. Il n’est pas forcément utile de déployer des dizaines d’applications, certaines ouvrant l’accès à des données sensibles, sur les mobiles de collaborateurs qui n’en utiliseront qu’une poignée 90% de leur temps. La sécurité mobile commence donc ici, avec la définition de profils d’usages mais aussi de délégations d’administration pour faciliter la mise à jour de ces informations de profils. Des données précieuses pour configurer le terminal.

Maîtriser la configuration du terminal

Configuration des connexions (Wifi, VPN, Bluetooth, NFC, GPS…), paramétrage des périphériques de stockage (carte SD) et de captures (micro, appareil photos), gestion des modes de mise à jour des applications sans oublier, celle, critique, du système d’exploitation. Voilà une liste non-exhaustive des points à maîtriser pour sécuriser le terminal et réduire les risques de fuite de données.

Sécuriser l’environnement professionnel

Même si le smartphone est utilisé à des fins personnelles et professionnelles, cela n’empêche pas de veiller à l’intégrité de l’environnement mobile. A minima, pour interdire le téléchargement d’applications provenant de sources douteuses. Mieux encore, en ayant recours à un conteneur sécurisé : un environnement « étanche » dans lequel les données sont chiffrées et les applications dûment autorisées. En outre, en cas de vol, le conteneur peut être verrouillé et les données effacées. Une mesure de sécurité efficace à l’heure du GDPR pour les utilisateurs qui manipulent des données personnelles.



Rédigé par Samsung Business

Vous avez un projet ?

Laissez-nous vous aider à trouver la solution idéale pour votre activité.
Contactez-nous via notre formulaire.